Arbres fruitiersJardiner en hiver

Plantation d’un arbre fruitier

6 conseils pour la réussir !

L’arrivée prochaine de la sainte-Catherine, le 25 novembre, ouvre la saison idéale de plantation des arbres fruitiers. A ce moment de l’année, les arbres fruitiers sont en effet au repos végétatif et proposés à racines nues (de moins en moins souvent) ou en conteneurs (de plus en plus souvent). Vous avez jusqu’à la fin de l’hiver (hors période de gel) pour effectuer leur plantation.


Choisissez un porte-greffe adapté

Choisissez prioritairement des espèces et des variétés adaptées à votre sol (calcaire, acide, argileux, sableux…) et à votre climat (rusticité). Le choix du porte-greffe est à ce titre fondamental. C’est lui qui, par sa bonne adaptation au sol, alimentera la partie supérieure de l’arbre (le greffon) en éléments nutritifs et lui permettra de se développer de manière optimale.

Prenez le temps de lire et chercher sur Jardipartage, sur internet ou de vous renseigner sur les variétés locales et anciennes en rencontrant des pépiniéristes à l’occasion de l’une des foires aux plantes qui ont lieu en novembre près de chez vous.


Considérez la taille du pot

A l’heure de choisir votre nouvel arbre fruitier, en particulier dans une jardinerie, soyez attentif à la taille du pot. On tombe parfois sur des arbres complètement déséquilibrés, à savoir que la motte racinaire apparaît parfois vraiment très petite comparée au volume des branches.

arrosage plantation arbre fruitier
Les arbres fruitiers sont de plus en plus vendus en conteneurs. Théoriquement, il est possible de les planter toute l’année sous cette forme mais l’automne reste la meilleure saison. © Bruno Nunez

N’hésitez pas alors à dépoter sur place légèrement pour observer la densité racinaire. Dans l’idéal, le volume de la motte doit être équivalent à celui des parties aériennes. Si les racines sont peu nombreuses, l’arbre fruitier aura du mal à reprendre et végètera quelques mois, peut-être même quelques années, avant de parvenir à s’installer.


Effectuez un pralinage

Si votre nouvel arbre fruitier est à racines nues, prenez le temps d’effectuer un pralinage. Le pralin est obtenu en mélangeant de la terre et de la matière organique (généralement de la bouse de vache). Il protège les racines des pourrissements, les hydrate et leur apporte directement des éléments nutritifs.

Vous pouvez le fabriquer vous-même en mélangeant de l’eau de pluie, de la bonne terre de votre jardin et de la bouse de vache fraîche jusqu’à obtenir une consistance assez pâteuse. Vous pouvez également acheter un pralin prêt-à-l ’emploi.

La bonne plantation des arbres fruitiers

  • Supprimez à l’aide d’un sécateur les racines abîmées.
  • Laissez tremper pendant 15 à 20 min les racines dans un seau rempli de pralin. Vous pouvez aussi badigeonner à la main la préparation pour bien envelopper toutes les racines.
  • Etalez soigneusement les racines au fond du trou en occupant tout l’espace.
  • N’oubliez pas de tuteurer l‘arbre dès la plantation, au moins pour les trois premières années.
  • Terminez par un arrosage modéré, sans noyer les racines, surtout en terre argileuse. Un arrosoir de 10 litres d’eau de pluie suffit.

N’enterrez pas le collet

Su un arbre fruitier, le collet correspond généralement à l’endroit du point de greffe, c’est-à-dire la zone où le porte-greffe et le greffon ont été soudés par le pépiniériste.

A la plantation, il faut faire attention à ne pas enterrer ce collet mais à le laisser dépasser de quelques centimètres au-dessus de la terre ; sinon le porte-greffe aura tendance à faire naître des branches qui concurrenceront le bon développement du greffon.


Remettez le sol comme à l’origine

Quand on creuse le trou de plantation de l’arbre fruitier, on a la fâcheuse tendance à stocker puis mélanger dans la brouette les différentes couches de terre, ce qui déstructure le sol et s’avère être plutôt une mauvaise chose pour les racines.

plantation arbre fruitier en motte
La terre de surface est déposée sur une bâche. Celle extraite du fond du trou est déposée dans une brouette et mélangée à un bon terreau horticole et du compost © Bruno Nunez

Prenez l’habitude de séparer la couche superficielle ( les 10 à 15 premiers centimètres de terre végétale) de la couche inférieure (à mélanger avec un peu de terreau) et surtout de remonter ces différentes couches dans l’ordre où elles étaient initialement.


Tassez avec modération

Après la plantation de l’arbre fruitier, s’il est nécessaire de tasser un peu la terre pour qu’elle adhère aux racines, il ne faut pas trop tasser non plus. Les racines du jeune arbre ont en effet besoin d’air et d’un sol souple dans lequel il sera facile d’évoluer les premiers mois.

Mis à jour le Déc 11, 2019 @ 10 h 03 min

Tags

Bruno Nunez

Jardinier près de Pau, je jardipartage à travers ces pages ma passion pour les plantes et le jardin à travers des conseils de jardinage, des astuces, des expériences, des portraits...bref, un peu de tout...Et bien sûr, du bio, rien que du bio, avec une bonne dose de bon sens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer