Jardin d'ornementJardiner au printemps

L’Amélanchier du Canada ou de Lamarck

De délicieux petits fruits en été, des qualités ornementales indéniables (port arbustif, élégante floraison blanche et explosion de couleurs en automne), l’amélanchier du Canada (ou de Lamarck – les deux appellations co-existent) ne manque pas d’atouts ! Comment cultiver et entretenir ce petit arbre de la famille des Rosacées originaire du nord des États-Unis ?

Petit arbre élégant

Arbuste très rustique développant un port buissonnant et drageonnant, l’amélanchier du Canada (Amelanchier lamarckii ou Amelanchier canadensis)  peut atteindre en haie libre entre 2 et 5 mètres de haut pour 2 mètres de large. Avec le temps, sa silhouette se construit sur plusieurs troncs et ses branches s’étalent avec élégance.

Fleurs blanches étoilées

Au printemps (avril à mai), apparaissent sur les rameaux une multitude de fleurs blanches réunies en grappes que l’on peut cueillir pour disposer des bouquets sur la table, elles se conservent longtemps. Mellifères, elles sont aussi très appréciées des abeilles.

amelanchier lamarckii
Les fleurs blanches de l’Amelanchier lamarckii cotoient des feuilles naissantes cuivrées © Udo Shröter, flickr

Le feuillage caduc, rosé à rouge au printemps, vire au vert foncé en été avant de prendre des couleurs orangées flamboyantes en fin d’automne.

Des baies gourmandes

En juillet-août, les fleurs de l’amélanchier ont laissé place à des fruits violacés comestibles dont la saveur rappelle celle des myrtilles. Vous pouvez les cuire pour préparer des clafoutis, des confitures, des gelées ou des tartes. Cueillez-les vite ou protégez la récolte sous un filet. Les oiseaux sont très friands de ces petites baies sombres !

Où cultiver l’amélanchier du Lamarck ?

Robuste et peu exigeant, l’amélanchier de Lamarck s’adapte à tous les types de sols, même légèrement calcaires. Sa préférence tend néanmoins vers les terrains légèrement acides, frais et bien drainés, ainsi que les terres ameublies.

Côté exposition, il apprécie le plein soleil tout en tolérant d’être installé à la mi-ombre. De par ses origines, il supporte très bien le vent ainsi que les grands froids avec des températures descendant jusqu’à -18°C.

Comment planter l’amélanchier du Canada ?

Commencez par creuser un trou deux fois plus large et profond que la motte. Versez une à deux pelletées de sable ou de gravier au fond afin de faciliter le drainage. Suivant la nature de votre terrain, mélangez à la terre un quart de terre de bruyère pour l’acidifier au besoin.

Avant de procéder à la plantation, laissez la motte tremper dans l’eau une bonne dizaine de minutes. Dépotez ensuite puis démêlez le chevelu racinaire.

Installez l’amélanchier au centre de son trou puis rebouchez avec le mélange préparé. Veillez à ne pas enterrer la base du tronc et à prévoir un tuteur solide pour accompagner sa croissance les premières années, surtout en isolé.

Tassez bien la terre tout en prenant soin de ménager une petite cuvette. Arrosez généreusement, même s’il pleut. Une fois que l’eau a bien pénétré dans le sol, ajustez le niveau de terre.

Quel entretien ?

Cet arbuste a l’avantage de ne demander quasiment aucun entretien. Les premières années, surveillez les arrosages au printemps. Le reste du temps : laissez faire la nature.

Dès le mois de juillet, enveloppez l’amélanchier sous un filet afin de le protéger des oiseaux qui raffolent de ses petits fruits finement sucrés et acidulés.

Comment tailler l’amélanchier du Lamarck ?

La taille de l’amélanchier de Lamarck n’améliore pas la fructification. Cependant, elle favorise l’apparition de nouveaux rameaux qui fleuriront au printemps suivant. Intervenez après la floraison, en mai-juin.

Taillez peu, toujours avec discernement. Afin de valoriser la charpente de l’amélanchier du Lamarck et de lui conserver son port naturel, contentez-vous simplement d’aérer le centre de l’arbuste en supprimant les branches qui s’y entrecroisent. Ne pratiquez surtout pas de grosse coupe, cela favoriserait l’apparition de champignons.

Associations

Vous pouvez planter l’amélanchier du Canada au gré de vos envies, seul, en compagnie d’autres arbustes à floraison printanière pour former une belle haie naturelle ou en massifs dans le cas des variétés plus compactes come « Ballerina ». Son attrait décoratif toute l’année, par ses fleurs, ses fruits ou son feuillage diversement colorés, en font un arbuste polyvalent, presque indispensable dans tout jardin !

amelanchier lamarckii origine
A l’automne, les feuilles de l’amélanchier du Canada sont superbement colorées © Andreas Rockstein, flickr

Maladies des amélanchiers

A l’image d’autres arbres de la famille des Rosacées (le poirier notamment) , l’amélanchier est parfois touché par le feu bactérien lorsque ses rameaux se flétrissent subitement. Ses feuilles, quant à elles, peuvent se couvrir d’une pellicule grisâtre : l’oidium. Elles sont aussi parfois affectées par la rouille grillagée.

D’autres amélanchiers

Amélanchier à feuilles d’aulne

Amelanchier alnifolia, très cultivé au Canada sous le nom de Saskatoon, se distingue par ses grappes de fleurs blanches parfumées au printemps, ses feuilles arrondies jaune d’or en automne et surtout par ses amélanches, les fameuses Saskatoon berries, des petites baies noires de plus ou moins 10g très goûteuses en tartes.

Amelanchier a feuille aulne
Saskatoon berries, les fruits de l’amélanchier à feuille d’aulne ©J.Freeland

Comme son cousin de Lamarck, l’amélanchier à feuilles d’aulne est un arbuste facile à cultiver, vigoureux et fertile. Installé au plein soleil ou à la mi-ombre, il se plaît dans tous les sols, même calcaires, pour former un gros buisson de 2 à 3 mètres de hauteur. Cet amélanchier est très rustique, jusqu’à -18°C.

Notre conseil: En complément de cet arbuste, n’hésitez pas à planter un myrtillier qui produira plus tôt, en été, ses baies noires également délicieuse en tartes.

Mis à jour le Jan 26, 2020 @ 19 h 03 min

Tags

Céline Amirault

Passionnée par les plantes, la décoration extérieure et tout ce qui touche de près ou de loin au jardinage, je partage avec vous des conseils relatifs à tous ces domaines. Ecrire, lire, jardiner et prendre soin de ceux qu’on aime : ne serait-ce pas, après tout, la recette parfaite du bonheur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer